Au programme 2017/2018

Afro-cubain

Elegguá

Orisha majeur, maître des chemins et de la destinée. Il posséde les clés du destin. Il peut fermer et ouvrir les portes et offrir des opportunités dans la vie d'une personne. Il symbolise le commencement, l'initiation dans les affaires, les voyages, le travail et les langues. De là viennent la versatilité, l'intelligence et la curiosité de ses enfants. Dans les cérémonies religieuses, c'est le premier orisha à qui l'on fait une offrande parce que sans son approbation, il n'y a pas de bénédiction possible. Ses couleurs sont le rouge et le noir, mais il existe d'autres combinaisons, par exemple : blanc & noir ou blanc,rouge et noir. Elegguá a 21 chemins + 1. C'est un orisha agile et joueur, de là vient son caractère imprévisible. Les offrandes en son nom doivent être faites à la croisée des chemins, et si une promesse lui est faite, il est obligatoire de la tenir, sinon les conséquences sont terribles.

Ses danses se caractérisent par un perpétuel changement de direction, des pas rapides, lents, courts et longs, des sauts, des cabrioles et des courses. Elles symbolisent l'ouverture et la fermeture des chemins ainsi que son caractère joueur et taquin. Il est toujours accompagné d'un bout de bois appelé "garabato" qui est son attribut principal. C'est le seul orishas qui peut imiter les danses des autres orishas.

Palo

Le Palo fait partie de la "Regla Conga" ou "Regla de Palo Monte". On trouve là le culte de la nature et ses miracles, rendant plus forte la relation entre la Terre et les hommes.

Cette danse, puissante et énergique, nous rapproche directement de la Terre de manière harmonieuse. Elle est composée de mouvements énergiques du torse et des bras. Le danseur développe ainsi ses capacités de force et de résistance.

Ces interprétations sont multiples. Le danseur peut interpréter un prêtre, un guerrier, un esclave ou même un chasseur. Chaque mouvement a une signification particulière et précise.

Le Palo est une danse très populaire dans le répertoire des meilleures compagnies de danse à Cuba. Elle est également largement enseignée dans les festivals de danses afro-cubaines dans le monde entier.

Cette danse viendra rapidement s'ajouter à la liste de vos danses préférées.

Ogún

Orisha majeur et dieu des métaux. Il vit dans la montagne où il travaille sans répit, de jour comme de nuit. C'est une divinité virile et insatiable. Il connaît par cœur la montagne, ses chemins et ses secrets. Bien qu'il soit appelé le guerrier Ogún, il n'a jamais fait la guerre ou été à la conquête d'autres peuples. Il livrait ses combats contre Chango, son frère et éternel rival. C'est un orisha tranquille et dévoué à son travail. Sa force est impossible à mesurer et il est très difficile de le vaincre. Il fait partie du groupe fermé des « Guerriers » aux côtés d'Elegguá, Oshosi et Osún. Les outils de travail et les chaînes lui appartiennent tout comme les métaux et la forge. Il protège des accidents de voiture et de train. C'est le patron des ingénieurs, des soldats, des mécaniciens, des chimistes et des physiciens.

Dans ses danses, il utilise principalement la machette mais il peut aussi utiliser le marteau et l'enclume. L'énergie et la force sont caractéristiques de ses danses, du début à la fin. Ses gestes sont précis et contondants, preuve de son inépuisable force physique. Ogún est vêtu de vert et noir ou de violet, et porte toujours le « mariwo », ceinture faite de feuilles de palmier, qui le protège des mauvaises énergies.Bien qu'il soit communément associé à San Pedro,il peut aussi être associé à d'autres saints.

Yemayá

Orisha majeur et mère du monde, elle est aussi bien protectrice et maternelle qu'implacable dans ses châtiments. Elle vit dans l'écume de mer, sur le rivage, dans les récifs, les vagues et les profondeurs océanes. On raconte qu'elle est la créatrice de tous les êtres vivants de la Terre : orishas, hommes, animaux et plantes. Elle ne permet pas l'injustice entre les hommes et accède toujours aux demandes de ses enfants. Son tempérament est semblable à la mer, imprévisible mais juste. Elle accompagne les femmes enceintes durant leur grossesse et pour l'accouchement. Elle accompagne et protège également les pêcheurs, les marins, les ouvriers dans les ports et les hameaux de pêcheurs en bord de mer.

Ses danses sont d'une beauté extraordinaire et ses chants content sa grandeur et son amour pour le monde. Quand elle danse, elle représente la force mystérieuse, douce et invincible de la mer, élément indomptable et perpétuel. Elle peut avoir comme attribut un éventail, une machette ou tout simplement sa robe dont la couleur bleue, dans toutes ses tonalités, et les liserés blancs représentent la mer. Dans la santería elle est associée à la Virgen de Regla.

La Rumba

Contrairement à ce que l'on pense, la rumba n'est pas une danse, mais un ensemble de danse qui regroupe le Guaguancó, la Columbia, le Yambù, la Jiribilla et les rumbas miméticas. Ces danses sont parmi les plus importantes dans l'héritage danso-musical cubain et ont pour origine la fusion entre les racines africaines et espagnoles. Elles sont apparues dans les quartiers, comme une forme de divertissement. En plus des instruments de musiques que l'on pouvait se procurer, on utilisait des ustensiles ménagers comme des poêles, des bouteilles, des caisses en bois, des cuillères, etc... Ces danses sont devenues populaires durant les premières années du XXème siècle. Les chants évoquent la vie quotidienne cubaine, mais également la vie politique du pays. Rumba est synonyme de fête!!

Rumba Guaguancó

Elle est née dans les "solares" de la Havane au début du XXème siècle. C'est la danse la plus populaire de l'ensemble du répertoire de la rumba. Elle se danse normalement en couple, même s'il existe des variantes en trio, quatuor ou plus. Cette danse représente un jeu de séduction où la femme provoque l'homme qui, en réponse, rentre dans son jeu et essaye par ses mouvements de détourner son attention pour la "vacuner". Le "vacunao" est l'expression fictive de l'acte sexuel. L'homme peut "vacuner" avec n'importe qu'elle partie de son corps, y compris des éléments externes. Le rythme dynamique de la musique permet aux danseurs de jouer avec le temps musical.

©2016 - Yosvani Zaldivar Deturnell. Créé avec Wix.com